INSTAGRAM

lundi 27 janvier 2014

CPH Fashion Week D-1

I had my semester exam this morning, and now it's time to organize the very intense week I am going to have.
The weather is really, really bad and scares me a bit for the fashion week.
Anyway, I'm now in front of my invites, trying to organize the marathon between all the shows.
I have some shows where I am invited, but also shows for which I am going to be in backstage as a dresser. I've been also invited for the official press conference.
Very excited, but also scared!

I am preparing also some notes about the designers I am going to discover.


dimanche 26 janvier 2014

New bad and sunday inspiration

New bag from & Other Stories, -50%. Quite happy.


Chanel Couture backstage

Brigitte Bardot


Sasha Luss


Garance Doré Nike Free Run Snow Leopard. Love it.





I didn't even speak about Kate Moss's 40th birthday. Still in love with her, forever. An icon.




Favorite Family.


Natural Rosie.

Freja


After Chanel Couture




jeudi 23 janvier 2014

Pre-Fashion Week Thoughts #2 // Real street style is dead

(En français en bas de l'article)
I write again, in this "Pre-Fashion Week thoughts" serie. As I told (too) many times, I'm going to CPH fashion week soon, and have some thoughts about linked topics. Tuesday it was about shows, and today about street style.

Once again, this post is inspired by an article written by Max Berlinger, published on Business of Fashion. (Source here)


So here we are : street style, this phenomenon we know since now several years. These pictures of models, celebrities, but especially "normal" persons like you and me, taken out of any official circumstance, in the street, in front of your favorite café or during a walk.

The main characteristic of this type of picture : spontaneity. Underthinking. Sometimes the first pair of jeans you found in your wardrobe, an idea you just had this morning, a funny association between your Zara jacket and a second-hand bag.

It brought something new, something more to what magazines editorials and the runway provide us. It was fashion in real life. Fashion when you go to the bakery, when you go have a drink with friends or even when you make grocery shopping.

Streetstyle is the stage of real-life fashion, the stage of creativity, personality, do-it-yourself.
This is where I found inspiration, ideas of which I would never thought about with magazines or a designer collection seen on a show. This is where I could finally have ideas of outfits without thinking how much it would cost to me to be stylish(as a student, you know how it is right?).

If you, as it is for me, knew this nice period of street style, which inspired you so much, you know it's like this anymore.


Just as an example.

I picked one of the last picture of Stockholm Streetstyle, dated 22 and 23 January of 2014 so, during Paris Couture Fashion Week.
And then, I go back in really old pictures of Stockholm Streetstyle, dated 2008.


Lately

In 2008

It is really not a reproach I make to Caroline Blomst, because I've met her and I really appreciate her work. Her blog is a reference in Street Style, and I think it was just the best way to see this evolution and to illustrate Max Berlinger's article.

What do you think of the two first outfits? This is exactly the kind od Street Style you now see on blogs. It is not street style anymore, it is advertisement, or even brand endorsement and exposure.

From head to toe, people are wearing a total-look Givenchy or Prada, you see EVERYTIME the same pair of Balenciaga shoes or Valentino bag. The two last outfits mix second-hand,  high-street fashion brands, and show girls that say that they wish they had a Miu Miu bag for Christmas.

Where is the inspiration now? If street style = runway, what's the point then? Streetstyle became the new fashion show, and then it is unaffordable. Streetstyle was PEOPLE's runway, our democratic lookbook.

Of course we understand designers and brands saw the opportunity of visibility and dress well-known fashion insiders offering them it-bags, it-shoes, it-sweater to wear in public and hoping the girl be be taken in picture as much as possible during an event.

I can quote Max Berlinger :

 "Indeed, many of these “street style” images are now so constructed that it feels like the only thing missing are the credits in the lower left-hand corner."
"Sometimes, they are even part of a premeditated marketing plan"
Premeditated. That's the word. Why? Because, even if we forget about how brands sending items to the relevant people and street style stars/bloggers, everything's about "how to be sure to attract street style photographers". Thirsty of attention, you are seeking the perfect formula to be sure to be taken in picture, forgetting about a spontaneous personal style. Dressed to be photographed, not dressed as you love it. No space for creativity, everything seems meticulously constructed.

Max Berlinger found better the words than me:

"For me, the majority of street style images have become as glossy — and, ultimately, two-dimensional — as the fashion stories found in most fashion magazines."

And I will add something more to this article.


Since 2 years more or less, I am really sad/disappointed/jaded by the fashion bloggers who made me love fashion several years ago.

These bloggers who brought me inspiration. Who showed me that I can be stylish even if I go to H&M, Zara. Who showed me that Second Hand shops were treasures. Who made me discover many e-shops where I can find great pieces for 30 euros.

Now, they are simply paid by brands, traveling to show their clothes offered by designers, outfits where you see any novelty, any personal style, and which, indeed, is ugly. Yes ugly, because you feel they just layered all the stuff they have to show, without any real consistency.

I think about Le Blog de Betty, among others, for example, yes I do. I remember when I was fourteen how I loved her blog. Now, it makes me sick, literally.

Where are Glastonbury street styles which inspired us so much, who showed us that even Kate Moss wears raining boots in the mud, like US?



And you, what do you think about that? Have you felt this evolution? Tell me about it!




FRANÇAIS


Voici un nouveau poste dans la continuité dans ces "Réflexions de pré- Fashion Week". Comme je l'ai déjà dit de (trop) nombreuses fois , je vais à la fashion week de Copenhague bientôt , et j'ai des réflexions sur des sujets qui présentent un quelconque lien avec l'event. Mardi était à propos des défilés, et aujourd'hui je parle du Street Style.

Une fois de plus, ce poste est inspiré par un article écrit par Max Berlinger , publié sur Business Of Fashion. ( Source ici )


Alors : le street style, ce phénomène que nous connaissons depuis maintenant quelques années. Ces photos de mannequins, de stars, mais surtout les personnes "normales" comme vous et moi, prises hors de toute circonstance officielle, dans la rue, en face de votre café préféré ou lors d'une promenade.

La principale caractéristique de ce type de photographie : la spontanéité. Son "no prise de tête". Parfois, la première paire de jeans que vous trouvez dans votre garde-robe, une idée que vous venez juste d'avoir ce matin, une association entre votre veste Zara et un sac acheté en friperie.

Le street style a apporté quelque chose de nouveau, quelque chose en plus de ce que les pages de magazines de mode et le runway nous offraient. C'était la mode dans la vie réelle. La mode de quand vous allez à la boulangerie, quand vous allez prendre un verre avec des amis ou même de lorsque vous faites les courses.

Le street style est la scène de la mode "real-life", la scène de la créativité, de la personnalité, du do-it -yourself .

C'est là que j'ai trouvé l'inspiration, des idées auxquelles je n'aurais jamais pensé grâce à des magazines ou à une collection de créateur vu à un défilé. C'est là que je pouvais enfin avoir des idées de tenues sans penser combien cela me coûterait d'avoir un peu de style( en tant qu'étudiant, vous savez de quoi je parle non? ).


Si vous, comme c'est le cas pour moi, avez connu cette période du street style, qui m'a tellement inspiré, vous savez que ce n'est plus comme ça désormais.



Juste un exemple.
J'ai pris au hasard les dernières photos postées sur le blog Stockholm Streetstyle, qui datent du 22 et 23 Janvier 2014, donc de la dernière Paris Fashion Week Couture.
Ensuite, j'ai remonté bien loin dans le blog pour vous montrer de vieilles photos datant de 2008.

Ce n'est pas un reproche à Caroline Blomst, créatrice du blog, car je l'ai rencontrée et j'apprécie beaucoup son travail. Mais son blog est une référence dans le street style, et je pense que c'était la meilleure façon de vous montrer cette évolution et illustrer les propos de Max Berlinger.

Que pensez-vous des deux premières tenues? C'est exactement le genre de street style que vous voyez partout maintenant. Ce n'est plus un style de rue désormais, c'est une publicité, ou même du sponsoring? De la tête aux pieds, les gens portent un total-look Givenchy ou Prada, vous apercevez TOUT LE TEMPS la même paire de Balenciaga ou le même sac Valentino. 
Les deux derniers outfits mélangent du vintage, des marques démocratiques, et montrent des filles qui déclarent qu'elles rêvent d'un sac Miu Miu pour Noël.

Où est l'inspiration désormais? Si street style = runway, où est l'intérêt? Le street style est devenu le nouveau défilé, et donc tout autant inabordable. Le street style était le podium des GENS, notre lookbook démocratique à nous.

Bien sûr on comprend bien que les designers et marques ont vu une opportunité de visibilité et habillent les fashion insiders les plus connus, en leur offrant it-bag, it-shoes et it-sweat à porter de préférence en public et en espérant que la fille sera prise un maximum de fois en photos durant tel ou tel évènement.

Je cite Max Berlinger :
 "Indeed, many of these “street style” images are now so constructed that it feels like the only thing missing are the credits in the lower left-hand corner."
"Sometimes, they are even part of a premeditated marketing plan"
Premédité. C'est le mot. Pourquoi? parce-que, même en mettant de côté que les marques envoient des articles aux personnes les plus intéressantes et aux stars du streetstyle, maintenant tout est à propos de "Comment être sûr d'attirer les photographes. La soif d'attention vous fait rechercher la parfaite équation pour être sûre d'être pris en photo, en oubliant votre style personnel et spontané. Habillé pour être photographié, et non plus habillé comme vous aimez. Il n'y a plus de place pour la créativité car tout semble être méticuleusement calculé.



Max Berlinger trouve mieux les mots que moi:
"For me, the majority of street style images have become as glossy — and, ultimately, two-dimensional — as the fashion stories found in most fashion magazines."

Et j'ajouterai quelque chose à cet article.

Depuis environ 2 ans, je suis très triste/déçue/blasée par les blogueuses mode qui à l'époque m'ont fait aimé la mode.
Ces blogueuses m'ont apporté de l'inspiration. Celles qui m'ont montré que je pouvais avoir du style même en allant chez H&M ou Zara. Celles qui m'ont montré que les friperies pouvaient être des trésors. Celles qui m'ont fait découvert de nombreux e-shops où je pouvais trouver des fringues supers pour une bouchée de pain.

Maintenant, elles sont juste payées par des marques, voyagent pour exhiber leurs habits offerts par des designers, des tenues où vous ne voyez aucune nouveauté, aucune personnalité, et qui, en vérité, se révèlent être moches. Oui, moches, parce-que l'on sent bien qu'elles n'ont fait qu'une juxtaposition de tous les trucs qu'elles sont sensées montrer sans aucune cohérence.

Je pense notamment au Blog de Betty, parmi d'autres, oui je le dis. Je me rappelle de quand j'avais 14 ans et que j'adorais son blog. Maintenant il me rend malade, franchement.

Où sont les street style de Glastonbury qui nous inspirent tant, qui nous montrent que même Kate Moss même des bottes de pluie dans la boue, comme NOUS?

Et vous, qu'en pensez-vous? En tant que lecteurs, avez vous senti cette évolution?






mardi 21 janvier 2014

Pre-Fashion Week thoughts // Fashion shows : are they still relevant?

(French at the end of the post)

Soon, I will go to some shows of the Copenhagen Fashion Week.

At the same time,  I can read in the press, blogs or social networks a certain questioning on their real value by now.
This post has been inspired by an article I read on Business Of Fashion, which itself has been inspired by an article in the last British Vogue : Source here.

It is true : Shows cost a lot, lot, lot of money. Vogue quotes among others Chanel shows at the Grand Palais, or LV shows.
If you remember this Chanel show with a melting iceberg, which the designer had had shipped in specially from Scandinavia...

And these shows will last, maximum, 15mn.

What's the point then?
That's the issue that the British Vogue highlights. Moreover, I think of Jean Touitou, APC's CEO, who always refused to make shows because of this uselessness, according to him. He presents, very simply, in its own APC office, the new collection each season, in a private way with the press. No big events, no money exhibition or stage for excess. 

These spendings in creating breath-taking shows are not a problem for big houses. But is it an obstacle to new designers? New creations? Who can not afford for a show? 
I have also read that,  even not thinking about the show itself, rent a place for it has shown an increasing and astonishing price these last years.

Moreover, the reality is more than three-quarters of the outfits you see during a show... will not be the clothes you will see in shops. These ones have been previously presented during pre-collection. And the creations you see during the shows are hardly wearable or even producible at any scale.

On the other hand, the show has one goal : the dream. The magic that needs any designer to build its universe and its brand in buyers', press and customers' mind. Twice a year, they can deliver the message to "explain" what they wanted to create, thanks to entertainment, music, audience. It is also a way to make meet the press, the buyers, celebrities, photographers at the same time... and then create visibility.

But... if we think about that. You and me, or any user of Facebook, Instagram and Twitter... 
You already, in a way, saw a show. You don't even need an invitation : you saw every outfit through the brand and the models' instagram. There is no true secret by now. Times have changed, and so fashion shows did.

We can see designers searching for places where you don't have any signal to use social networks. We see also some houses that forbid the phone during shows. But is it really the solution? I think you cannot fight against these changes.

But what would be fashion without fashion weeks? What would be brands without their shows, their models, their staging? What would be Chanel without its HUGE globe and iceberg?



Speaking about shows and Chanel...
This morning, the Chanel couture show took place. And as I told before neither you or I have been present, and still, I have seen many pictures of the show.

And I have to say that I really loved it. Chanel Couture is younger. Chanel couture girls even wear sneakers with their really short dresses. They have punk hair.







Hmmm... I won't add any comment about the choice for Sebastien Tellier as music of the show, but still, I really liked this show.

What do you think about it? What future for fashion shows? Do you think it is still relevant in our technological context? 

French:

Bientôt, j'assisterai aux défilés de la Fashion week de Copenhague. Au même moment, je peux lire dans la presse, les blogs, les réseaux sociaux une certaine tension autour de la vraie valeur actuelle des défilés aujourd'hui. Ce poste est inspiré d'un article que j'ai lu dans Business Of Fashion, lui-même inspiré d'un article dans le dernier Vogue UK.
Quelque chose est vrai : les défilés coûtent un paquet de fric.

Vous rappelez-vous de ce défilé Chanel avec un énorme iceberg que Karl avait importé directement de Scandinavie?
Et ces shows durent... au grand max, 15 mn.

Où est donc l'utilité, cela étant dit?

C'est le problème mis en valeur par le Vogue UK. De plus, je pense de mon côté à Jean Touitou, à la tête de la marque APC. Il a toujours refusé de faire des shows, des défilés, en pointant du doigt ce ridicule, et ces dépenses folles.  Il se contente de présenter, de façon très simple et dans les bureaux d'APC à Paris, sa collection à chaque saison, de façon assez intime et tranquille à la presse et clients. Pas de gros events, pas de shows onéreux ou de mises en scènes d'excès.

Ces dépenses pour créer des défilés à couper le souffle ne présentent pas de gros soucis aux grandes maisons de couture. Mais est-ce un obstacle aux nouveaux designers? Aux nouvelles créations? Ceux qui ne peuvent pas se permettre de dépenser autant dans un défilé? J'ai aussi lu que, sans parler du show en lui-même, le prix de la location d'un lieu pour un défilé avait grimpé de façon affolante ces dernières années.
En outre, la réalité est que les trois-quarts des tenues que vous voyez pendant un défilé... Ne seront pas celles que vous verrez sur les portants des boutiques. Ces dernières auront été présentées durant les pré-collection. Et les créations des défilés sont difficilement portables ou reproductibles à une quelconque échelle.

D'un autre côté, le défilé a un objectif : faire rêver. La magie dont a besoin le créateur pour construire son univers et sa marque dans la tête des acheteurs, de la presse et des clients. Deux fois par an, ils peuvent délivrer le message pour "expliquer" ce qu'ils ont voulu à travers cette saison, grâce au spectacle, à la musique et à l'audience. C'est aussi une manière pour mélanger cette audience et faire se rencontrer presse, célébrités, photographes au même moment, créant ainsi une large visibilité à travers plusieurs points de vue.

Mais, si on regarde de plus près.... Vous et moi, ou n'importe quel utilisateur lambda de Facebook, Twitter, Instagram... Vous avez, en quelque sorte, déjà vu un défilé. Vous n'avez même pas besoin d'une invitation : vous avez vu chaque tenue grâce l'instagram de la marque ou des mannequins du show, ou encore, sur youtube grâce à un magazine. Il n'y a plus d'exclusivité ou de secret maintenant. Les temps ont changé, et pareil pour le monde de la mode.
On peut voir désormais des créateurs qui font leur défilés dans des endroits où il n'y a pas de réseau, ou qui interdisent carrément l'usage d'un téléphone. Mais est-ce vraiment une solution? Je pense qu'on ne peut plus vraiment lutter contre ces changements.

Mais que serait la mode sans les fashion weeks? Que seraient les marques sans leurs défilés, leurs mannequins et leurs mises-en-scène? Que serait Chanel sans son ENORME globe ou son iceberg?
En parlant de défilé et de Chanel...
Ce matin même, le défilé couture de Chanel a eut lieu. Et comme je l'ai dis précédemment, ni vous ou moi(je pense) n'ont reçu d'invitation, qui pendant les FW couture concernent la presse et les très grands clients seulement. Et pourtant, j'ai vu la plupart des photos dans l'heure qui suit. 

Et je dois dire que j'ai plutôt adoré ce que j'ai vu jusque là. La Haute-Couture Chanel est plus jeune. Les filles couture Chanel portent même des baskets ( chez Dior aussi il paraît cette année) avec leurs robes courtes. Elles ont des coupes punk.


Et vous que pensez vous de tout ça? Quel avenir pour les défilés? Vous pensez que c'est toujours cohérent avec notre contexte technologique?








lundi 13 janvier 2014

January :Back in Denmark, full of resolutions and projects, Copenhagen Fashion Week ///

Available in French and English(at the end!).

Hey there!

Janvier. Le mois un peu bizarre, le mois des résolutions, des exams, le mois passif de transition. Le mois où on fait le point. La fin de 2013.

(Oui je préviens cet article est un peu psycho, un peu about myself tout ça.)

C'est pour moi le retour au Danemark pour une longue période sans rentrer, mon exam de premier semestre et le début du deuxième.

Au début, j'étais très angoissée. Car on peut dire ce que l'on veut, être loin de tout, c'est dur. Être loin de ses repères, de sa famille. Je me demandais même si j'avais le courage de repartir.

Puis en parlant avec mes amis, ma famille, j'ai pris conscience de la chance que j'avais(J'en profite pour remercier du fond du coeur tous mes proches qui ont su me rebooster, j'vous aime.)(Bisournours ON) De cette opportunité. Vivre à l'étranger. Ouais c'est pas tous les jours roses. Mais quand je vais revenir, si je profite pas au maximum, quel gâchis! Je ne dis pas qu'à partir de maintenant tout sera parfait dans le meilleur des mondes. Mais apprendre à relativiser et voir tous les aspects positifs que je dois en tirer.

2013 a été une année vraiment étrange pour moi, voir pas facile. C'est pourquoi j'ai une envie d'attaquer 2014 pleine d'envie, de force, de projets.

Alors ouais, j'ai une longue liste de résolutions, de mantra pour cette nouvelle année. Elle est à côté de mon miroir et à chaque fois que je me brosse les dents (Instant sexy), je lis ça, et ça me dit : 
"Bouge toi. La vie est un putain de jeu!"
Pour vous résumer la chose (non je vais quand même pas vous dire mes tonnes de résolutions)
il y a des choses scolaires basiques (valider mes deux semestres) et un peu pas sexy (passer mon code un jour quand même?), des trucs healthy à la con style réduire la clope et le café (LOL...) ou dormir plus, me bouger le cul ou faire du sport. Bref les classiques.

Les choses les plus importantes sont à propos de mon état d'esprit.
* Réaliser ma chance, profiter de chaque instant ici.
* Saisir toutes les opportunités
* Se mettre moins la pression et oser se faire plaisir
Aussi au niveau relationnel
* S'ouvrir et s'intéresser aux gens, oser créer des relations malgré mes expériences passées qui m'ont toujours fait rencontrer des personnes super desquelles j'ai du me séparer
* Garder le contact comme je peux avec toutes les personnes qui le méritent. Famille, amis... Si tous ces réseaux existent, autant s'en servir!
(BTW : Skype : mallaurybdr / twitter : mallauryb / instagram: mallaurybou)
Puis aussi en espérant que certains pourront venir me faire le plaisir d'une visite ici.
* Oser montrer aux personnes que j'aime, que je les aime. ( Bisournous ON again)


Il y a aussi l'envie de voyages : ce semestre, j'aimerai m'organiser des petits voyages : peut être la Norvège, ou Hambourg en Allemagne... C'est encore en réflexion, mais pas question de repartir d'ici sans avoir fait un autre voyage.
Puis aussi m'organiser des vacances d'été cool. ( Ce qui implique une autre de mes résolutions, travailler cet été pour avoir des sous.)

Et après tout ça, 

Des projets. L'envie de me bouger pour ma passion, construire l'avenir comme j'en rêve. Se lever le matin pour faire ce que j'aime.

Et comme vous le savez, mon truc à moi, c'est la mode.

Et voilà : au Danemark, y'a du bail à faire. (Cf ma résolution saisir chaque opportunité)
Et bientôt c'est la...




Copenhagen Fashion Week. Oui, si je suis venue au Danemark, c'est aussi parce que la mode Scandinave m'attire depuis longtemps, et que je suis persuadée que ça va bouger dans les années à venir.

Alors je me suis bougé le cul.
Des mails, des démarches.

Et voilà : Hard work pays off guys. Quand on vent on peut.
Ouais y'a eu des " Thank you for your interest"(ce qui veut dire non) mais y'a aussi eu des invitations.
Et ouais les gars !

Breaking new : je vais assister à des défilés à la CPH Fashion Week. Et certains même avec des coupains.
J'ai déjà quelques invitations confirmées ou presque, et certains trucs un peu en cours, avec l'envie d'être volontaire pendant les shows, peut être du bénévolat en backstage, ce qui serait vraiment une super expérience pour moi.

Bref, j'vous tiens au courant, de toute manière va y'avoir de l'article avec ça! 

En dehors de ça, je suis aussi hyper triste car j'ai du décliner des opportunités(stage) à cause du fait que je dois aussi remplir mon contrat : valider mon 2eme semestre et aller en cours. Hyper hyper triste car ils représentait vraiment mon rêve : de la presse, de la com, de la mode... C'est très dur de se voir obligée de dire non à un truc pour lequel on supplierait des mois et des mois... Surtout qu'à la fin de mon cursus dans mon école de commerce, je vais devoir trouver un stage à l'étranger...Ce qui est ironique c'est qu'à tous les coups à ce moment je vais ramer!

Voilà. Un petit article pour faire le point.

Et surtout, comme dirait Garance Doré : résolution numéro 1 de 2014! (cliquez pour lire)

UNDERTHINKING 2014. Accepter la vie comme elle vient (mais savoir se bouger pour ce qu'on veut aussi!)


English

Hey there!

January. What a weird month for everyone, the  month of resolutions, exams , as transition month.

The month of reviewing. The end of 2013 .

( Yes be aware this article is a little psycho , a little about myself all that stuff. )


This is also the time for my return to Denmark without getting home for a long time, my exam of the first semester and the beginning of the second one.


At first, I was very anxious. Because you can say whatever you want, being far from everything, it's hard. Being away from our landmarks, our family, our habits, our friends. I even wondered if I had the courage to leave again.


And after talking with my friends , my family, I realized how lucky I was ( BTW I want to thank all my relatives who knew how to reboots me , I love u. )( Teddybear ON)

This opportunity. Living abroad . Yeah it's not easy everyday. But when I go back in June, without enjoying it at the maximum, what a waste! I'm not saying that from now on everything will be perfect in the best of worlds. But learning to perspective and see all the positive things I can gain from this experience.

2013 has been a really strange year for me , to be honest not easy at all. That is why I have the desire to begin 2014 full of will, power , projects .


So yeah, I have a long list of resolutions, mantras for this new year. It is next to my mirror and every time I brush my teeth (sexy Instant) , I read it and it said to me:

"Move up! Life is a fucking game! "
To summarize (no I'm not going to tell you my tons of resolutions)
There are basic school things ( validate my two semesters ) and just not sexy ( getting my driving license one day maybe? ) healthy stuff like reducing my cigarette consumption and coffee ( LOL. ..) or sleep more. Also, get off my ass or workout a bit. Classics.

The most important things about my state of mind.

* Realizing my chance, enjoy every second here .
* Seize all opportunities
* To put less pressure on myself and dare to indulge.
Also at the relational level
* Opening and be interested to the people , dare to create relationships despite my past experiences that have always made me meet some great people which I had to leave.
* Keep in touch as I can with all the people who deserve it. Family, friends ... If all these networks exist, what's the use?
(BTW : Skype: mallaurybdr / twitter : mallauryb / instagram : mallaurybou )
And also hoping that some will come to me and visit Denmark.
* Dare to show people that I love, that I love them . ( Teddybear ON again)


There was also the desire to travel : this semester, I'd like to organize short trips : maybe Norway or Hamburg, Germany ... It is still just ideas, but I cannot imagine leaving Denmark and my ERASMUS without making other trips.

Then also organize cool summer holidays. ( This implies another of my resolutions : work this summer to get moneeeey )

And after all that ,


Projects . The desire to make everything for my passion, building the future as I dream it. Getting up in the morning to do what I love.


And as you know, my kind of thing, this is all about fashion.


And here : Denmark , there's fucking things and business to do. (See my resolution seize every opportunity)

And soon it is ...
Copenhagen Fashion Week. Yes, if I came to Denmark , it's also because the Scandinavian fashion attracts me for a long time and I am sure it will have a greater influence in the coming years .

So I moved my ass.

Emails , approaches .

And here it is: Hard work pays off guys. If you want you can.

Yeah there's been "Thank you for your interest" ( meaning NO) but there were also invitations.
And yeah guys!

Breaking new: I will attend some shows in CPH Fashion Week. And even some of them with friends.

I got some confirmed(or almost) invitations, and some stuff in progress, such as the desire to volunteer for the shows as volunteering in backstage , which would be a really great experience for me.

Anyway, I'll let you know. You can be sure to read many posts about that!


Apart from that, I'm also super sad because I had to decline opportunities (internship) because of the fact that I also have to fulfill my contract : validate my 2nd semester and go to class . Hyper hyper sad because it really represented my dream with fashion, press, communication, designers...

It is very hard to be forced to say no to something for which I would have beg months and months... Especially at the end of my studies in my business school, I'll have to find an internship abroad ... What is ironic is that it would be very hard then !

That's it. Debriefing.


And above all,  to quote Garance Doré : Resolution Number 1 for 2014 : (click to read )


UNDERTHINKING 2014. Accept life as it comes ( but move your ass for the things you really want!)



J'vous laisse avec quelques photos de mes derniers jours ici, et celle de ma journée d'aujourd'hui au top, passée à bosser mon Final Project avec mon groupe dans un café purement danois, à siroter du café latte trop bon, profiter de la wifi et bosser avec du bon son en fond. Après la neige s'est invité soudainement dans notre ballade en ville ( et a niqué mes nouvelles boots. Sale pute.) (Pas drôle.)
Letting you with some pictures of the last days, and of today : a great day spent in Copenhagen. Working the danish way in a cosy coffee sippin' latte during hours withs candles and blankets and good music.
After this, snow surprised us (big snow I mean).








samedi 11 janvier 2014

Fashion new : New Balance for Comptoir des Cotonniers

This is the second collaboration between the two brands. I got the black one from the first collection.
I am totally in love with the grey ones. They will be available on the 15th of January. But only in France, Germany and Belgium. :( Too bad for me in Denmark, and for all Danish girls ( who ALL possess New Balance)



vendredi 10 janvier 2014

OOTD in Rainy and Cold Denmark

Small picture of my OOTD while shopping in my city, Lyngby. Sales are really cool here in Denmark, can't wait to see it in Copenhagen.
Hat Zara / Scarf Zara/ Fur Asos/ Bag Gina Tricot/ Jean H&M/ Boots Crime Italia


And an hesitation between bags...


 From a Danish brand, it is really practical, with the zip and the shoulder strap.


The third black and white is a Zara One that I like so much, but it does not close... 
The last one is an Aldo, but looks too much like the one I already have, and a bit heavy and not practical.

Which one???


See you!